Journée mondiale de la poésie 2015

20 mars 2015

Actualités

Le 21 mars 2015, alors que les gens à travers le monde célèbrent la Journée mondiale de la poésie, PEN sera dirige l’attention du public à l’emprisonnement, assassiner et le harcèlement des poètes, écrivains et journalistes du monde entier.

Nous allons nous concentrer sur cinq cas qui mettent en évidence les menaces qui pèsent sur ​​les écrivains qui critiquent ceux au pouvoir: Aron Atabek (Kazakhstan), Mohammed Ibn al-Dheeb al-Ajami (Qatar), Enoh Meyomesse (Cameroun), Susana Chavez Castillo (Mexique) et Liu Xia (Chine). Ces cas sont déjà bien connus des membres du PEN, qui ont fait campagne en leur nom pendant des années. Malheureusement, il y a eu peu de progrès significatifs accomplis vers la justice dans aucun de ces cas.

Lors de la Journée mondiale de la poésie 2015, s’il vous plaît prendre des mesures au nom d’Aron Atabek, Mohammed Ibn al-Dheeb al-Ajami, Enoh Meyomesse, Liu Xia et les écrivains assassinés du Mexique: vous pouvez le faire dans un certain nombre de façons.

Ci-dessous, vous trouverez plus d’informations sur nos cas de discussion et quelques appels suggérés de faire aux autorités compétentes. Nous espérons que vous aurez également la promotion de ces cas sur les médias sociaux et avec votre presse nationale.

 

Aron Atabek, KazakhstanAron Atabek, Kazakhstan est un poète, journaliste et activiste social. Il a écrit plusieurs livres de poésie et de prose inspirée par Tengriist spiritualité et fut le fondateur, en 1992, du journal mensuel Khak (La Vérité). Atabek a reçu le prix littéraire Almas Kylysh en 2004 et la liberté de créer prix « emprisonnés », en 2010.

Atabek est en prison depuis 2007 et a passé une grande partie de son incarcération à l’isolement. En décembre 2012, suite à la publication en ligne de cœur de l’Eurasie, une critique du régime du président Noursoultan Nazarbaïev (écrit en prison par Atabek et sorti clandestinement pour publication), le poète a été condamné à passer deux ans à l’isolement dans une prison de haute sécurité dans Arkalyk. Alors en détention solitaire, Atabek a été maintenu dans des conditions extrêmement difficiles: on lui a refusé l’accès à la lumière naturelle, la communication avec d’autres prisonniers, matériel d’écriture et des appels téléphoniques; visites familiales ont été sévèrement restreintes, ce qui entraîne très peu de visites fructueuses entre 2010 et la date du jour; il a été maintenu sous surveillance vidéo constante.

Centre PEN a mené une campagne vigoureuse pour avoir Atabek libéré de l’isolement et transféré dans une prison à distance raisonnable pour visiter sa famille. Au début octobre 2013, la famille de Atabek a reçu un appel téléphonique anonyme les informant que le poète devait être transféré à la prison de Arkalyk Karazhal dans la région Kargandy (plus de 1000 km de sa famille). Les autorités ont refusé de confirmer ou de nier ces nouvelles et la famille de Atabek ne savait rien des allées et venues du poète que plusieurs semaines plus tard lorsque son emplacement a été confirmé par une organisation locale de défense des droits. Askar Aidarkhan (le fils de Atabek) a dit PEN que les communications avec son père sont encore très limitées.

L’isolement de Atabek et les conditions difficiles dans lesquelles il est détenu considérés comme un châtiment cruel et inhumain qui viole l’interdiction de la torture et d’autres mauvais traitements en vertu des normes internationales des droits de l’homme et est contraire aux recommandations formulées par le Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture . En refusant l’accès Atabek à des visites de sa famille et à la correspondance régulière avec eux, le Kazakhstan viole également les règles minima de l’ONU pour le traitement des détenus.

Peu de temps avant le Congrès mondial de PEN International à Bichkek, Kirghizistan (Septembre 2014), une petite délégation PEN voyage au Kazakhstan où ils ont protesté des mauvais traitements de Atabek lors d’une réunion avec le chef du Bureau exécutif du Président de la République du Kazakhstan.

 

Mohammed Ibn al-Dheeb al-Ajami, QatarMohammed Ibn al-Dheeb al-Ajami du Qatar est un poète bien connu dans le Golfe et purge actuellement une peine de prison de 15 ans pour «critiquer la règle» et «incitation au renversement du système de décision ». Al-Ajami était un étudiant de littérature à l’Université du Caire en 2010 quand il a récité un poème (dans son appartement, entre amis) dans lequel il critiquait l’ancien émir cheikh Hamad Al Thani. Le poème était en réponse à un poème par un autre poète, mais l’un des étudiants dans l’appartement enregistré al-Ajami et transféré de la lecture sur YouTube. Selon l’avocat d’al-Ajami, le Dr Najeeb al-Nauimi, un ancien ministre de la Justice au Qatar, le poème a été récité dans un cadre privé et ne violait donc aucune loi. Un autre des poèmes de al-Ajami, Jasmine tunisien, qui a exprimé son soutien pour l’insurrection 2011 en Tunisie et a critiqué d’autres gouvernements arabes a été diffusé sur Internet.

Al-Ajami a été arrêté le 16 novembre 2011 après la réponse à une citation à comparaître et a été détenu au secret pendant plusieurs mois. Son procès, qui ne répond pas aux normes internationales d’équité, a été reporté à plusieurs reprises. Al-Ajami a finalement été condamné à la prison à vie après un procès – tenu dans le secret – où le juge d’instruction, un non-qatari, a également été juge en chef. Le Amir nomme tous les juges sur la recommandation du Conseil supérieur de la magistrature: soixante-quinze pour cent des juges sont des ressortissants étrangers, dépendant de permis de résidence, une situation qui viole les normes internationales sur l’indépendance du pouvoir judiciaire. Le 25 février 2013, la peine de Al-Ajami a été réduite à 15 ans. Après le dernier arrêt de la Cour, le seul recours juridique d’Al-Ajami est d’être gracié par l’émir.

Al-Ajami est détenu à la prison centrale de Doha où il a été détenu à l’isolement depuis son arrestation. Le 23 octobre 2013, des représentants du Centre américain du PEN ont été empêchés de lui rendre visite, malgré avoir été informés de leur visite avait été approuvée. Pour plus de détails lire « Qatar: Un poète se trouve dans une cellule du désert pour réciter son travail à la maison »   par Joanne Leedom Ackerman. Al-Ajami est un membre honoraire du PEN American Center et allemand PEN. PEN International considère Al-Ajami à être emprisonné en violation de son droit à la liberté d’expression garanti par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et demande sa libération immédiate et inconditionnelle.

 

Enoh Meyomesse, au CamerounEnoh Meyomesse du Cameroun est un poète bien connu. Il a été condamné à sept ans de prison en décembre 2012 pour complicité supposée dans le vol et la vente illégale de l’or; il avait déjà passé 13 mois en prison. PEN estime que les charges soient politiquement motivés et demande sa libération immédiate et inconditionnelle.

Selon une récente lettre au président Biya écrit par Meyomesse, son procès en appel a été reporté 21 fois depuis son cas a été référé à un tribunal civil d’appel en avril 2013, et plus récemment le 19 février 2014. En avril 2013, PEN International a écrit à l’administrateur du Kongengui prison, où il est actuellement détenu, d’exprimer sa préoccupation les informations selon lesquelles Meyomesse était empêché d’écrire en prison en avril 2013.

Malgré tous les obstacles, Meyomesse continue de publier ses œuvres. En novembre 2012, Meyomesse auto-publié un puissant recueil de poésie écrite pendant sa détention, Poème Carcéral: Poésie du pénitencier de Kondengui (Les Editions de Kamerun, novembre 2012). Centres PEN ont fait partie intégrante de la diffusion de ses œuvres les plus récentes; à la fin de 2013, le PEN d’Angleterre a publié la traduction du Poème Carcéral foule de source, tandis que l’Autriche PEN a publié une traduction en allemand  de ses poèmes. Pour lire de la poésie le clic de Meyomesse ici .

Meyomesse récemment présenté dans l’artiste dernière exposition de Ai Wei Wei: http://www.for-site.org/project/ai-weiwei-alcatraz-trace/

Enoh Meyomesse était le destinataire de l’Oxfam Novib / PEN Free Expression Award 2012.

 

Susana Chavez Castillo, le MexiqueSusana Chavez Castillo du Mexique, une poète et une éminente défenderesse pour les droits des femmes, a été retrouvée assassinée dans la ville frontalière de Ciudad Juárez le 6 Janvier 2011. Elle avait été étranglée et avait eu une de ses mains coupée; son corps a été identifié que cinq jours plus tard. Chávez avait été très virulente pour réclamer la justice pour les centaines de femmes tuées dans la région de Juárez depuis le début des années 1990, à la fois comme une militante et à travers ses écrits; elle a participé à de nombreuses lectures de poésie qu’elle adédié aux femmes assassinées. Son poème Sangre Nuestra (Notre sang) a été écrit du point de vue d’une victime.

Tout au long de leur enquête, les autorités ont nié que assassinat de Chavez a été lié en aucune façon à son activisme et de la poésie, ou à la criminalité organisée, en dépit de la récente assassinée et de harcèlement de nombreux autres défenseurs des droits locaux. Le bureau de l’État de Chihuahua procureur général allègue qu’elle a été tué par trois adolescents qu’elle avait rencontré en buvant dehors, et le 3 avril 2013, un tribunal de Ciudad Juárez condamné trois mineurs à 15 ans en prison pour son assassinat. Selon les rapports, l’un de ses assassins présumés a été libéré le 22 juillet 2013, après un tribunal ait jugé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour soutenir l’affirmation selon laquelle il a été directement impliqué dans assassinat de Chavez.

Malgré une condamnation du meurtre de Chávez, dans la grande majorité des meurtres d’écrivains et de journalistes, l’impunité règne. Le Mexique reste l’un des pays les plus dangereux au monde pour exercer son droit à la liberté d’expression. Au moins 67 impressions et Internet journalistes, blogueurs et écrivains ont été assassinés dans le pays depuis 2004. Très peu – le cas échéant – de ces meurtres ont été résolus de façon satisfaisante. Au moins 10 autres journalistes de la presse ont disparu depuis au Mexique dans la dernière décennie; leur sort reste inconnu. Peu si l’un de ces crimes ont été résolus.

En Mars 2013, PEN International PEN et Guadalajara ont soumis un rapport alternatif sur la violence et l’impunité au Mexique pour le Bureau du Haut Commissaire pour les droits de l’homme dans le cadre de l’Examen périodique universel des Nations Unies de l’enregistrement des droits humains du Mexique. Dans son rapport, le PEN a appelé à des enquêtes approfondies et transparentes au niveau fédéral dans l’assassiner et de la disparition des journalistes et des écrivains ainsi que des enquêtes sur toutes les allégations d’attaques menées par des entités gouvernementales.

En 2012, PEN International a publié l’anthologie Écrire contre l’impunité, une manifestation littéraire soulignant l’escalade de la violence contre les journalistes, écrivains et blogueurs en Amérique latine – en particulier le Mexique, le Honduras et le Brésil – et l’impunité dont jouissent ceux qui commettent ces crimes. Un certain nombre de contributeurs de l’anthologie des poèmes dédié à Chávez «mémoire, y compris le poème Maternelle, de Carmen Boullosa, qui se trouve aux pages 51 à 54, et un poème de Claribel Alegría L’impunité, aux pages 55 à 58.

lui xiaLiu Xia de la Chine est une poète, artiste et fondatrice du Centre PEN chinois indépendant. Elle habite son appartement de Pékin sans accès à la téléphonie, Internet, les médecins de son choix, ou visiteurs depuis que son mari, le poète  Liu Xiaobo emprisonné, a été nommé lauréat du Prix Nobel de la Paix en octobre 2010. Il y a des rapports que Liu Xia de santé mentale et physique souffrent en raison de sa détention.

Le 3 décembre 2013, Hong Kong-activiste Zeng Jinyan a posté sur son blog trois demandes adressées au gouvernement chinois de la part de Liu Xia. Zeng Jinyan n’a pas révélé comment elle a reçu l’information. Ces demandes étaient les suivantes: (1) «Je demande le droit de consulter un médecin librement; » (2) « Je demande que Liu Xiaobo et moi ayons le droit de lire la correspondance que nous écrivons à l’autre; » (3) « Je demande le droit de travailler et de recevoir un revenu. »

Selon Zeng Jinyan, Liu Xia n’est pas prête à voir un médecin désigné par la police de peur d’être internée dans un hôpital psychiatrique, une punition parfois utilisée par les autorités chinoises pour faire taire les défenseurs des droits de l’homme. En ce qui concerne sa deuxième demande, Liu Xia et Liu Xiaobo n’ont pas été autorisés à lire les lettres qu’ils envoient à l’autre.

En janvier 2014, Liu Xia a été transportée à l’hôpital à Pékin après avoir subi une ischémie myocardique (manque de flux de sang vers le cœur). Elle est revenue pour d’autres tests le 8 février 2014 mais a été libérée le lendemain et dit avoir besoin de soins médicaux spécialisés. Sa ligne téléphonique a été reconnectée après sa première hospitalisation pour lui permettre de demander de l’aide en cas d’urgence.

PEN International estime que le cours, extra-judiciaire assignation à résidence de Liu Xia est une forme de punition pour le travail droits de l’homme mené par son mari, Liu Xiaobo, et est extrêmement préoccupée pour son intégrité physique et psychologique.

Pour plus de détails contactez Cathal Sheerin au Comité des écrivains en prison Bureau de Londres: PEN International, Brownlow House, 50/51 High Holborn, London WC1V 6ER UK Tel: + 44 (0) 20 7405 0338 Fax: + 44 (0) 20 7405 0339 e-mail: cathal.sheerin@pen-international.org

Note aux rédacteurs:
PEN International pour promouvoir la littérature et de la liberté d’expression et est régie par la Charte PEN et les principes qu’elle incarne: libre circulation des idées au sein de chaque nation et entre toutes les nations. Fondée en 1921, PEN International relie une communauté internationale d’écrivains de son Secrétariat à Londres. Ce est un forum où les écrivains se réunir librement pour discuter de leur travail; ce est aussi une voix se exprimer pour les écrivains réduits au silence dans leurs propres pays. Grâce centres dans plus de 100 pays, PEN opère sur les cinq continents. PEN International est une organisation non-politique qui détient le statut consultatif spécial à l’ONU et à l’UNESCO statut d’associé. PEN International est un organisme de bienfaisance enregistré en Angleterre et au Pays de Galles avec le numéro d’enregistrement 1117088. www.pen-international.org

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s