Déclaration commune au sujet de Cuba : Écrivains et artistes emprisonnés, détenus ou menacés

‒ 20 juillet 2021

(New York/Miami/Londres) ‒ Au milieu des manifestations de masse dans tout Cuba, un nombre sans précédent d’artistes, d’écrivains et de musiciens ont été arrêtés, détenus et disparus au cours de la dernière semaine. Dans une déclaration commune, PEN International, PEN America et PEN Écrivains cubains en exil expriment leur solidarité avec l’ensemble des créateurs du pays et condamnent l’État cubain pour avoir muselé l’expression de la pensée, de l’action et des idées indépendantes. « PEN est une voix mondiale qui défend les écrivains et les artistes cubains qui craignent de perdre leur liberté et qui ne peuvent parler, exprimer leur désaccord, écrire, manifester ou critiquer librement leur réalité par l’art, la littérature et le journalisme. Les écrivains du monde entier veillent sur chacun de nos collègues vivant sur l’île. Ils ne sont pas seuls », a déclaré Jennifer Clement, présidente de PEN International.

Après le déclenchement de manifestations de masse à Cuba le 11 juillet, les autorités ont répondu brutalement aux manifestants par le recours à la violence de la part de la police, de détentions arbitraires, d’arrestations à domicile et la restriction de l’accès à l’Internet et aux médias sociaux, tout cela dans le but de contrôler la circulation de l’information et des communications entre Cuba et le reste du monde.

Les organisations appellent les autorités cubaines à :

• mettre fin immédiatement au harcèlement systématique par la police et la justice des écrivains, des artistes et des journalistes indépendants, comme Ángel Saintiesteban et la journaliste Camila Acosta;

• faciliter la libération urgente de l’artiste Luis Manuel Otero Alcántara, détenu et emprisonné injustement;

• mettre fin au harcèlement cruel et soutenu des artistes, des musiciens, écrivains, des intellectuels et des journaliste critiques et indépendants vivant sur l’île;

• cesser d’inciter à la violence en appelant les partisans à descendre dans la rue et à affronter les manifestants;

• et, enfin, de garantir que les artistes, les écrivains, et les journalistes puissent exercer leur droit à la liberté d’expression sans crainte de représailles.

Laisser un commentaire