Troisième volet de l’intervention de Dina Meza, présidente de PEN Honduras

20 mars 2015

Actualités

Une lettre parue dans le Sampsonia Way, un magazine de la libre 
expression publié par l'Université de Pittsburgh.

Dans le cadre de Livres comme l'Air, en 2014, Dina Meza était jumelée 
à l'écrivaine Pauline Gélinas.

Fermeture de l’accès à l’information au Honduras

par Dina Meza et traduit par Nelson Eddingfield 19 / Mars 2015

Dina Meza appelle à une action contre les autorités de l’État refusant journalistes – et, par conséquent, les citoyens honduriens – accès à l’information publique.

Le Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) Déclaration de Principes sur la Liberté d’Expression  déclare: « La censure préalable, l’ingérence directe ou indirecte dans ou de la pression exercée sur toute expression, d’opinion ou information diffusée par tout moyen de communication orale, écrite, artistique, visuel ou électronique doit être interdite par la loi. Restrictions à la libre circulation des idées et des opinions, ainsi que l’imposition arbitraire de l’information et l’imposition d’obstacles à la libre circulation de l’information violent le droit à la liberté d’expression ».

Cependant, au Honduras « la libre circulation des idées et des opinions» est imaginaire . C’est la politique de l’État de refuser des informations aux journalistes qui n’écrivent pas en faveur du gouvernement au pouvoir.

À la fin de 2014, j’ai trouvé une porte, maintenu fermée avec un énorme verrou, m’interdisant de l’entrée de la Congrès national. Trois autres journalistes se sont vus également refuser l’accès. Je leur ai demandé pourquoi ils ne pouvaient pas entrer, et ils ont répondu: « C’est parce que l’actuel président du Congrès national nous défavorise. Nous nous sommes placés ici pour voir si nous pouvons revenir sur toute information ».

Ces barrières ne se produisent pas uniquement au Parlement, mais à d’autres sources d’informations: le palais présidentiel, le Ministère public et d’autres organes directeurs où les fonctionnaires croient qu’ils ont le droit de garder l’information pour ce en dépit du fait que leur devoir est de mettre en sensibilisation du public.

Avec l’arrivée de l’actuel président de la république, Juan Orlando Hernández , de nombreuses sources critiques sont maintenant fermées aux journalistes. En dehors de la capitale, il est presque la même histoire. Les maires des collectivités locales ne tolèrent même pas une seule voix qui exprime une opinion en contradiction avec ce qu’ils veulent entendre.

Avec l’arrivée de l’actuel président de la république, Juan Orlando Hernández, de nombreuses sources critiques sont maintenant fermées à journalistes . En dehors de la capitale, il est presque la même histoire. Les maires des collectivités locales ne tolèrent même pas une seule voix qui exprime une opinion en contradiction avec ce qu’ils veulent entendre.

L’année dernière, le journaliste Gilberto Gálvez  a dû faire face à un procès initié par le maire de La Paz. Gálvez a écrit sur ​​son mur Facebook qu’un pont local avait été très coûteux. Le maire, qui n’avait même pas été communiqué par le journaliste, était tellement en détresse qu’elle a Gálvez à un procès, l’accusant de diffamation et utilisé les ressources publiques d’embaucher un procureur de la ville pour la représenter.

Journalistes trouver rapidement qu’il y a conséquences pour avoir critiquer les autorités. Le maire de La Paz se chargé de suivre Gálvez. Chaque fois qu’elle le voyait interviewer quelqu’un qu’elle a dit à ses interviewés ne pas lui parler.

C’est tout pour le but de créer une image positive du gouvernement. Au Honduras, tout le monde doit parler en harmonie, en utilisant le discours qui se transmet par ceux en position de pouvoir et d’information homogénéisation de telle manière que lorsque l’on se déplace de la voix dans l’opposition, il est confronté rapidement conséquences.

César Silva, journaliste et vocale critique du gouvernement sur ​​son programme de télévision Vanguardia, reçoit des menaces sur une base quotidienne, sous diverses formes, y compris des amendes de police pour garer sa voiture. Même s’il est légalement parcs, il est condamné à une amende jusqu’à 100 fois plus que ce qu’un citoyen moyen paie.

Silva est interdit d’entrer dans le Congrès national et les bureaux de la direction et n’a pas accès de substitution à ces sources. Quand il demande pour quelles raisons il est interdit d’entrer, il est accueilli par un silence. La censure s’étend aussi dans toute l’industrie des médias. La stigmatisation est telle que même les autres journalistes prennent soin de ne pas se laisser vu parler à ceux qui sont stigmatisés.

International Pen, dans son rapport d’Octobre 2014 au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, a indiqué: « Au cours des quatre dernières années, il y a eu une réduction de la transparence et une régression vers une culture du secret où l’accès aux sources officielles devient sans cesse plus restreint ….«. L’ONU d’Examen périodique universel (UPN) du Honduras, qui se réunira à nouveau en mai prochain, a contribué au rapport.

Ce qui est inquiétant, c’est que cette situation est tellement normalisée au Honduras que les journalistes du pays tiennent pour acquis et se résignent à soutenir quatre années d’un gouvernement qui ferme les portes sur eux et leur refuse l’accès à l’information.

Le problème n’est pas seulement que les journalistes n’ont pas accès à des sources mais aussi qu’il se fait au détriment de la société hondurienne. Les gens ne sont pas conscients de l’information qui est vital pour la prise de décision.

Je pense que tant que fonctionnaires qui refusent l’accès à l’information ne se sentent pas de résistance du peuple hondurien et de la presse, la situation va se poursuivre. Société, ainsi que les journalistes qui l’informent, doivent prendre des mesures.

S'abonner

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s