Une journée dans Dala avec le PEN Myanmar

27 mars 2015

Actualités

Au début de février, j’ai passé huit jours à Yangon parler à des écrivains, des journalistes, des éditeurs, des militants et des politiciens sur leurs expériences de l’état actuel de la liberté d’expression au Myanmar avant de soumettre un rapport de l’ombre à l’examen de la situation des droits humains du pays en le mécanisme d’examen périodique universel des Nations unies (EPU) plus tard dans l’année. Le 5 février, j’ai eu le privilège d’accompagner les membres de PEN Myanmar sur un circuit littéraire mobile au canton de Dala, sur la rive sud du fleuve Yangon, dans le delta de l’Irrawaddy.

Monastère KumakasidComme il n’y a pas de pont reliant Dala avec Yangon, la zone reste rural et largement sous-développée. Accès du centre-ville de Yangon est par ferry. L’événement était organisé par le Monastère Kumakasid dans l’ouest de Dala, qui gère une école primaire pour 100 enfants de 5 à 10 ans de locaux ainsi que d’autres services de bienfaisance comme une ambulance locale.

Depuis son lancement en septembre 2013, PEN Myanmar a organisé des lectures publiques et ouvertes interactives littéraires et des tables rondes à travers le Myanmar visant à encourager le dialogue entre les écrivains et les lecteurs et pour promouvoir la pensée critique et le débat. PEN Myanmar développe également des ateliers d’écriture créative ain d’encourager l’expression de soi, favoriser la compétence littéraire et pour promouvoir les échanges culturels entre les divers groupes ethniques du pays. Le Centre vise les groupes défavorisés en particulier – il a récemment travaillé dans un refuge pour femmes, un orphelinat pour enfants séropositifs et avec les pauvres. Lors des discussions, ils abordent des questions difficiles et parfois risquées tel que de parler de la haine. Ces conférences et ateliers jouent un rôle éducatif et d’encouragement aux capacités de se remettre en question, ce qui n’est pas autorisé actuellement dans le système d’éducation de l’État au Myanmar.

Écoliers de DalaÀ Dala, PEN Myanmar a connu une rare occasion de pourvoir travailler avec un groupe de 200 enfants de l’école secondaire locale de l’État qui se trouve à côté du monastère. Peu de temps après notre arrivée, en ligne, deux par deux, les écoliers de niveau I et II ont pris place dans la salle. Pendant près de trois heures, dans une chaleur étouffante, ils se sont assis et ont écouté attentivement. Parfois ils discutaient entre eux en petits groupes. Certains ont même pris des notes.

L’écrivain et journaliste Zaw Han leur a demandé ce qu’ils ont aimé lire. La plupart ont dit qu’ils n’avaient aucune expérience de la lecture hors de l’école. Pas étonnant, car il n’y a pas eu d’investissement dans les bibliothèques publiques depuis plus de 50 ans et le service de prêt des livres qui autrefois ouvert à tous est fermé. La nouvelliste Ni Ni Nine leur a lu un extrait d’une de ses histoires où il est question de la traite des êtres humains, le romancier Khin Mya Zin a lu un extrait concernant le quotidien de la vie et des traditions des personnes vivant le long des berges de la rivière Irrawaddy; un écrivain de Dala a parlé de l’étymologie puis un jeune nouvelliste a lu un extrait de son récit historique Le roi est mort. L’écrivaine et musicienne Su Aung qui me décrivait comment l’écriture l’avait aidée à surmonter les angoisses qu’elle vivait en grandissant a encouragé les enfants à exprimer leurs sentiments dans les journaux, des poèmes ou des histoires, c’était une compétence importante de la vie. Ça été évidemment une expérience d’apprentissage pour tous les acteurs et les écrivains de PEN Myanmar qui sont consciencieusement intervenus dans ce nouveau territoire.

Écoliers de Dala-chantentLe poète Saw Wai, le plus expérimenté et confiant pédagogiquement, emprisonné en 2008, pendant deux ans pour son poème Saint-Valentin a lu un poème inédit intitulé retour de la paix écrit au dos d’une carte du monde. Ensuite, il a rejoint les autres assis sur le sol à écouter le reste des performances. Des enfants ont présenté un chant où plusieurs reprises ils ont crié le mot Paix de manière vibrante.

L’événement s’est terminé par un don formel de livres à l’école monastique et à la bibliothèque locale du canton – autant que les membres PEN Myanmar pouvaient en emporter. Titres inclus l’autobiographie de Malala Yousafzai, Saw prison poèmes de Wai, un best-seller Yangon livre de cuisine, et des collections d’histoires courtes et des revues littéraires contenant des œuvres de membres du PEN Myanmar. Un don a également été fait au monastère, celui-ci repose entièrement sur la charité pour soutenir son travail. Saw Wai m’a dit plus tard que le ministère de l’Information avait appelé le canton responsable de l’éducation au cours de la matinée pour exprimer sa préoccupation que les enfants manquaient leur éducation, et en conséquence PEN Myanmar a décidé de réduire progressivement la procédure au début. C’était probablement temps pour le déjeuner d’ici là.

Réforme de l’éducation et de l’investissement Radical est absolument nécessaire au Myanmar, en particulier aux niveaux primaire et secondaire. Des décennies de censure, a laissé sous-investissement et de la corruption un système d’éducation autrefois si fière scandaleusement sous-financé et les handicapés. L’éducation n’est pas obligatoire au Myanmar depuis cinq ans, et la majorité des étudiants abandonnent après l’école primaire; selon l’UNESCO, seulement 50% des enfants du Myanmar sont inscrits dans l’enseignement secondaire. Il n’y a presque pas d’enseignement de la littérature dans les écoles publiques, et une tradition de l’apprentissage par cœur et un manque de formation des enseignants a étouffé tout développement de l’apprentissage centré sur l’enfant, la pensée critique et le débat. Gouvernement Seuls les livres de texte sont autorisés dans les écoles, et la liberté académique dans le secteur de l’enseignement supérieur est également gravement compromis à la suite de décennies de régime militaire en vertu de laquelle les universités ont été fermées et décentralisées. Des groupes de la société civile qui cherchent à répondre à ces questions et l’autonomisation des apprenants tels que PEN Myanmar sont actuellement pas autorisés à travailler dans le système de l’État.

classeEn dépit de ces obstacles, les taux d’alphabétisation au Myanmar sont parmi les plus élevés en Asie du Sud-Est (de près de 90%). C’est en grande partie grâce au rôle crucial joué par les écoles monastiques à fournir des compétences de base en littératie et numératie aux pauvres et autres groupes ruraux marginalisés qui ne peuvent pas se permettre d’envoyer leurs enfants dans des écoles publiques. Les écoles monastiques sont tenues de coopérer étroitement avec les autorités de l’éducation du canton, mais sont relativement libres du contrôle du gouvernement. Les enseignants des écoles monastiques ne sont pas tenus par la loi d’atteindre un certificat en éducation, et ces écoles dépendent presque exclusivement sur les dons et la collaboration du public pour leurs activités et reçoivent peu ou pas de financement du gouvernement. Bien que les normes sont pauvres ici, c’est un manque d’infrastructures de base, matériaux d’enseignement et d’apprentissage, et assainissement et d’hygiène insuffisance des installations – écoles monastiques fournissent l’éducation et de la nourriture à plus de 300 000 enfants défavorisés au Myanmar. Beaucoup ont également un espace sûr pour les groupes de la société civile tels que PEN Myanmar pour fonctionner.

Au cours de la dernière année, les activités de PEN Myanmar ont été sérieusement compromises par Règlement sur l’agrément et l’ingérence du ministère de l’Information. En conséquence, le Centre est incapable d’organiser des événements librement dans les lieux publics, et, comme de nombreux groupes de la société civile dans le pays émergents, ils comptent sur le soutien des armées locales. Composés Monastery sont souvent utilisés pour le transport événements, et offrent un espace vital pour la société civile émergente.
Ironiquement, cet espace démocratique retrouvée est érodé par la montée de l’intolérance religieuse et ethnique, qui menace de saper davantage le processus de réforme chancelante. Groupes de la société civile, y compris PEN Myanmar, tous conviennent que l’éducation des droits de l’homme dans les écoles est une solution à long terme pour promouvoir l’inclusion et la tolérance dans la société. Un cadre fondé sur les droits de la réforme dans laquelle la liberté d’expression est fortement protégé, couplé avec l’investissement public et un programme de justice réparatrice, sont toutes les conditions préalables pour la création d’un environnement favorable dans lequel le travail de groupes tels que PEN Myanmar peut se épanouir et contribuer pleinement au développement durable dans le pays.

Cathy McCann, en Asie / MENA Chercheur et militant, PEN International.

S'abonner

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s