IRAN: Inquiétudes pour la santé du journaliste kurde suivantes grève de la faim

23 juin 2016

Actualités

Écrivez!

  • Exprimant sa vive préoccupation pour la santé et le bien-être du journaliste et écrivain Mohammad Sadiq Kabudvand, et exigeant qu’il reçoive toute l’attention médicale nécessaire comme une question d’urgence;
  • Appel aux autorités iraniennes de faire annuler toutes les condamnations et déposer des nouvelles accusations contre Mohammad Sadiq Kabudvand et de le libérer immédiatement et sans condition, car il est emprisonné pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression;
  • Exhortez les autorités iraniennes à veiller à ce que le droit à la liberté d’expression en Iran est pleinement respecté dans la législation et la pratique dans les conditions prévues à l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel l’ Iran est un État partie.

 

Adresses:

 

Chef de la République islamique

Ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei

Le Bureau du Guide suprême

Shoahada Street, Qom, République islamique d’Iran

Salutation: Votre Excellence

Email: info_leader@leader.ir

Twitter: @khamenei_ir

Chef du pouvoir judiciaire , l’ ayatollah Sadegh Larijani

c / o Bureau des relations publiques Numéro 4, Deadend de 1 Azizi dessus Pasteur Intersection rue Vali Asr à Téhéran, République islamique d’Iran

Salutation: Votre Excellence

Copies à:

Secrétaire général du Haut Conseil pour les droits de l’ homme

Mohammed Javad Larijani c / o Bureau du chef du pouvoir judiciaire

Pasteur, Vali Asr Ave

Sud de Serah-e Jomhouri, Téhéran,

République islamique d’Iran

Email: larijani@ipm.ir (ligne Objet: FAO Mohammad Javad Larijani)

 

Contexte

Mohammad Sadiq Kabudvand (également écrit Mohmmad Sadigh Kaboudvand), rédacteur en chef de l’hebdomadaire Payam-e mardom-e Kurdestan interdit (Message du peuple du Kurdistan) et co-fondateur et ancien cheveux c de l’Organisation basé à Téhéran du Kurdistan Human Rights (RMMK), a été arrêté le 1er Juillet 2007 à son lieu de travail à Téhéran par des agents de sécurité en civil. Après son arrestation, Kabudvand a d’ abord été conduit à son domicile à Téhéran, où les agents de sécurité ont confisqué trois ordinateurs, des livres, des photographies et des documents personnels, avant de l’emmener à la Section du ministère du Renseignement 209 de la prison d’ Evin. Il a passé les cinq premiers mois de sa détention en isolement, et a été maltraité. Sa famille était incapable de lever la caution qui aurait pu lui a permis d’être libéré en attendant son procès. Le procès de Kabudvand a commencé le 25 mai 2008. Kabudvand a été condamné à un procès à huis clos le 22 Juin 2008 10 ans de prison par le tribunal révolutionnaire de Téhéran pour « action contre la sécurité nationale» pour la formation d’ une organisation des droits humains dans la région kurde de l’ Iran et de la publicité présumée humaine les violations des droits, et une année supplémentaire d’emprisonnement pour «propagande contre le système en diffusant des nouvelles ». Le 23 Octobre 2008 , la Cour d’ appel de Téhéran a confirmé sa déclaration de culpabilité, mais a réduit la peine à 10 ans de prison. En Novembre 2012, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a conclu que la détention de Kabudvand être arbitraire dans l’ opinion 48/2012 et a appelé à sa libération et a donné un droit à réparation

 

Selon des rapports récents , Kabudvand a entrepris une grève de la faim le 8 mai 2016 pour protester contre son maintien en détention et la menace que de nouvelles accusations pourraient être portées contre lui . Les rapports indiquent que Kabudvand a été convoqué pour interrogatoire trois fois en Mars 2016, le cadre des enquêtes afin de déterminer s’il a été «propagande contre le système d’ étalement». Le 24 mai 2016, Kabudvand a comparu devant un tribunal révolutionnaire à Téhéran en relation avec les allégations. Aucune accusation formelle n’a été portée contre lui à ce moment.

 

Treize jours dans sa grève de la faim, Kabudvand a été transporté à l’ hôpital et placé en soins intensifs, après avoir perdu conscience. Trois jours plus tard, il a été transféré à un autre hôpital. La santé de Kabudvand aurait sérieusement détérioré ses conditions préexistantes aggravées par cette dernière grève de la faim. Les médecins auraient la priorité le traitement de son estomac. PEN est profondément préoccupé par les informations selon lesquelles Kabudvand a été renvoyé en prison le 5 Juin 2016 et est à la recherche des assurances que Kabudvand reçoit des soins médicaux appropriés.

 

Mohammad Sadiq Kabudvand souffre d’un certain nombre de problèmes de santé, y compris l’ hypertension artérielle, les maladies rénales et une hypertrophie de la prostate, et sa santé est dit s’être détériorée à la suite d’actes de torture ou d’ autres mauvais traitements en prison, ainsi que des grèves de la faim précédentes . Le 19 mai 2008 Kabudvand aurait subi un accident vasculaire cérébral dans la prison d’ Evin, après quoi on lui a refusé l’ accès à des soins médicaux adéquats. Il est dit avoir souffert d’une deuxième course en Décembre 2008. En Décembre 2010 , il a été dit être dans un état critique et à refuser le traitement médical spécialisé dont il avait besoin. En Juin 2011, Kabudvand a été vu par un médecin indépendant qui aurait déclaré qu’il avait besoin de subir deux opérations pour le durcissement des artères du cœur et une prostate élargie. En Juillet 2012, il a terminé une grève de la faim de 59 jours, après qu’il a été accordé le droit de visite à son fils malade.

 

Kabudvand est membre honoraire de l’ Autriche PEN, PEN Català, suédois PEN et Sydney PEN. En 2008, il a été l’ un des cas emblématiques de PEN pour la Journée de l’Écrivain en prison. Il est récipiendaire d’une bourse Hellman / Hammett (2009) et le Prix de la presse britannique pour journaliste international de l’année (2009). Kabudvand a déjà été pris pour cible par les autorités pour ses écrits critiques et l’ activisme. Le journal hebdomadaire qui a édité, Payam-e mardom-e Kurdestan (Le Message du peuple du Kurdistan), publié en kurde et en persan, a été interdit le 27 Juin 2004 , après seulement 13 questions pour ‘diffusion d’ idées séparatistes et publication de faux rapports ». Le 18 Août 2005 Kabudvand a été reconnu coupable de «diffusion de questions tribales et de publier des articles provocateurs» et «propagation de mensonges avec l’intention de l’ opinion publique bouleversant» par un tribunal révolutionnaire de Sanandaj et a rendu une condamnation avec sursis de 18 mois et une interdiction de cinq ans à travailler en tant que journaliste. Mohammad Sadiq Kabudvand aurait écrit deux livres sur la démocratie et un troisième sur le mouvement des femmes en Iran, qui ne sont pas donné des licences de publication.

 

Pour plus d’ informations s’il vous plaît contacter Emma Wadsworth-Jones à PEN International, Unité A, Koops Mill Mews, 162-164 Abbey Street, Londres, SE1 2AN, Tél. + 44 (0) 20 7405 0338 , email: emma.wadsworth-jones @ pen-international.org

S'abonner

Subscribe to our RSS feed and social profiles to receive updates.

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s