Asli Erdogan durant son procès : «Je vais m’exprimer comme si le Droit existait…»

13 janvier 2017

Actualités

Cécile Mazin – 30.12.2016

EditionJusticeprocès Asli ErdoganNecmiye Alpay Turquieliberté expression terrorisme

Après trois mois et demi de détention, Asli Erdogan et Necmiye Alpay ont obtenu hier une libération conditionnelle. Toutefois, le procès se poursuivra, pour l’auteure et la traductrice, ainsi que d’autres accusés. Le procès de ce 29 décembre sera suivi, le 2 janvier prochain, avec une nouvelle audience.

Grâce au journal Kedistan, il a été possible de suivre la défense d’Asli. Nous en reproduisons avec leur accord les principales interventions

Dans ce procès intitulé « Procès Özgür Gündem » sont jugéEs en liberté également Eren Keskin, avocate et vice-présidente de l’Association turque des droits de l’homme (İHD), Filiz Koçali, femme politique, féministe et journaliste, Ragıp Zarakolu, militant des droits de l’homme et éditeur, Kemal Sancılı ancien directeur d’édition d’Özgür Gündem et Bilge Contepe. Ces neuf personnes sont accusées d’intelligence avec le terrorisme et pour certainEs d’entre eux, ils risquent la prison à vie pour leurs activités de journaliste et d’auteurE. Leur crime : avoir milité pour la Paix.

L’audience a commencé avec une heure et demie de retard. Car Zana Kaya et Inan Kızılkaya (éditeurs d’Özgür Gündem) incarcérés à la prison de Silivri, ont été attendus, mais n’ont pas été finalement amenés au tribunal pour « véhicules et fonctionnaires insuffisants » !

L’avocate Eren Keskin, comparait libre et elle est présente. L’audience commence donc avec 1h30 de retard. Et ça commence bien. Alors que le Code pénal turc ne limite pas la représentation de l’accusé pour sa défense, le tribunal prétexte un décret promulgué sous état d’urgence, et décide de limiter le nombre d’avocats à trois.

Nous résumons en quelques phrases…

 

Extraits de la défense d’Aslı

«Je vais m’exprimer comme si le Droit existait…»

«Je ne vais pas expliquer le Droit à tous ces juristes qui remplissent la salle. Défendre la justice est votre devoir.»

«Je suis passée dans l’Histoire en tant que première femme littéraire jugée pour la perpétuité, dans notre siècle.»

«Comme il ne peut exister de justice sans conscience, la littérature ne peut pas être non plus sans conscience.»

«Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui entre dans une organisation armée après avoir travaillé comme auteur pendant 30 ans.»

«Si comme le Procureur le prétend, j’ai rejoint le KCK parce que j’ai parlé d’un membre de KCK, il y a davantage “d’orga” dont je fais partie.»

«J’ai écrit les histoires des victimes sans me préoccuper des assaillants.»

«Ceux qui m’attribuent ce crime, sont ceux qui pensent avoir découvert le trou noir, sans même voir le système solaire.»

A ce moment là, le juge, interrompt la défense et s’adresse à des avocats restés debout. “Je ne veux voir personne debout !”. Les avocats contestent. “Dehors ! Sortez les !” crie le Juge, “J’arrêterai l’audience, je la reporterai à un autre jour !”

Suite à ces paroles, à part les trois avocats “autorisés”, les autres sont sortis de la salle, fermée par des policiers qui bloquent l’entrée.

Aslı continue : “Ma présence dans le groupe de conseillers [du journal] est un acte de solidarité. Ce conseil n’a pas de responsabilité légale, mais je suis responsable de ce que j’écris.”

«Özgür Gündem était important pour que les Kurdes disposent d’un moyen d’expression.»

Extraits de la défense de Necmiye Alpay

«J’ai défendu la liberté d’informer d’un journal. C’est pour cela que j’ai été «rédactrice en chef de garde» et que j’ai fait partie du groupe des conseillers.»

Necmiye fait référence à la citation attribuée à Voltaire et s’adresse aux juges : «Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire.»

«Je ne suis pas la responsable légale du journal et je ne définis pas sa politique éditoriale. Je n’ai donné aucun ordre et je n’ai pris d’ordre de personne.»

«Le réquisitoire présenté, ne fait pas le lien entre l’organisation, le journal et les accusés.»

Extraits de la défense d’Eren Keskin

Eren est avocate et présidente de l’Association des Droits de l’Homme – IHD

«Ils m’ont appelée pour m’annoncer que Özgür Gündem allait de nouveau paraitre»

«C’était la période du ‘processus de résolution’. J’ai accepté d’être conseillère.»

«Je suis personnellement, une défenseure des droits de l’homme et je défends des solutions «sans armes».»

«Ceux qui défendent la liberté de pensée sont jugés ici, pour être membres d’organisation armée. C’est une chose inconcevable.»

Ce procès en sorcellerie est une parodie de justice, et il ne pouvait en être autrement, alors que le gouvernement turc a embastillé de nombreux juges et juristes, et promulgué des décrets sous état d’urgence, restreignant les possibilités de défense.

Retrouver toutes les informations sur le procès de Asli Erdogan

 

signature-gaston-bellemare

Gaston Bellemare C.M.,O.Q., D.h.c.

Président

Centre québécois du P.E.N. International

3492, rue Laval
Montréal (Québec)
  H2X 3C8 Canada

gbellema@cgocable.ca  ou quebec.pen@gmail.com

, , , , , , ,

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s