Turquie: Abandonnez les accusations contre l’écrivain et universitaire Fikret Başkaya

13 novembre 2019

Actualités

Baskaya turquie

Les autorités turques doivent abandonner toutes les accusations contre Fikret Başkaya, a dit PEN International le 12 novembre 2019, alors que l’éminent écrivain et universitaire fait face à une longue peine d’emprisonnement pour des accusations de terrorisme inventées de toutes pièces. On attend qu’un jugement soit rendu lors de l’audience de son procès le 22 novembre 2019.

Fikret Başkaya, un écrivain, universitaire et défenseur des droits de la personne de renommée internationale, qui mène depuis des décennies une lutte pour la liberté d’expression, a été brièvement placé en détention le 27 novembre 2017 et, par la suite, accusé en février 2019 d’avoir « fait de la propagande au nom d’une organisation terroriste », selon l’article 7/2 de la loi antiterroriste de la Turquie. Les accusations tirent leur origine d’un article publié en novembre 2016 intitulé « Le vrai terrorisme est le terrorisme d’État » et dans lequel il fait notamment référence aux souffrances de la population kurde du fait des autorités de l’État turc. La prochaine audience de son procès devrait avoir lieu le 22 novembre 2019 devant le Tribunal correctionnel d’Ankara, jour où l’on attend le prononcé du jugement. S’il est déclaré coupable, il court le risque d’une peine de cinq ans de prison.

Au fil des années, les autorités de la Turquie ont à maintes reprises ciblé Fikret Başkaya. Il a passé vingt mois en prison de 1994 à 1995 pour des accusations liées au terrorisme dans un livre intitulé Occidentalisation, modernisation et développement : La faillite d’un modèle, dans lequel la population kurde de la Turquie sert d’objet d’étude. En 2016, il a été condamné à seize mois d’emprisonnement (peine réduite à un an après appel) pour un article critiquant la façon d’aborder la question kurde après l’arrestation du dirigeant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdoullah Öcalan. En 2004, il a fait face à une peine de trois ans de prison pour « injure à l’État, à ses institutions et à l’armée » après une série d’articles écrits au début des années 1990 et republiés plus tard sous forme de livre. Il a été à la fin acquitté en 2005.

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s