Une peine de trois ans pour Druklo

19 février 2016

Actualités

En 2015, dans le cadre de la 16e édition de Livres comme l’air, Druklo était jumelé à l’écrivain québécois Louis-Philippe Hébert.

19 Février 2016 – La peine de trois ans a rendu à l’écrivain tibétaine, traducteur et activiste, Druklo (nom de plume Shokjang), le 17 Février 2016 une violation effroyable de la liberté d’expression, PEN International, a déclaré aujourd’hui PEN estime que les accusations portées contre. Shokjang par le tribunal intermédiaire publique dans la préfecture de Malho (Xian de Jainca), qui comprennent l’instigateur d’une émeute séparatiste dans l’agitation tibétaine 2008 et la rédaction d’articles préjudiciables à la sécurité sociale sur les réseaux sociaux, sont uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. PEN International appelle à sa libération immédiate et inconditionnelle.

«Shokjang devrait être libéré inconditionnellement aujourd’hui », a déclaré Salil Tripathi, président des écrivains de PEN International Prison Committee.«Sa conviction qui semble être politiquement motivée est une violation choquante du droit à la liberté d’expression et d’opinion et la preuve de la répression continue sur les voix dissidentes tibétains par les autorités chinoises».

Shokjang, écrivain tibétain, traducteur, éditeur et militant, a publié quatre livres, dont l’un – Le courage de chemin – a été interdit par le gouvernement chinois. Il a été détenu par les autorités chinoises depuis son arrestation le 19 Mars 2015, le comté de Rebkong, le Tibet du Nord-Est (Tongren County, Qinghai, Chine) pour avoir participer à des activités «séparatistes». Shokjang a été arrêté pour la première fois en Avril 2010, sur les allégations de la tête d’une manifestation d’étudiants et de contact avec les écrivains de l’extérieur et le Congrès de la jeunesse tibétaine en exil. Il a été libéré le 8 mai 2010, avec avertissement des autorités chinoises qu’il serait surveillés pendant 10 ans.

Pour lire une sélection des écrits de Shokjang en anglais, cliquez ici.

Contexte

En Mars 2008, les autorités chinoises ont lancé une campagne de répression dans la région autonome du Tibet, après des manifestations anti-gouvernementales ont eu lieu à Lhassa et dans d’autres domaines, avec des rapports d’arrestations et de recours à la force excessive contre les dissidents arbitraires. Sévères restrictions restent en vigueur sur les rapports de la région du Tibet et les arrestations se poursuivent.

Pour plus d’informations contacter Romana Cacchioli, Directeur des Programmes Internationaux: Romana.Cacchioli@pen-international.org | 0044 (0) 207 405 0338

, , , , , , ,

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s